« La base de notre politique, c'est la peur ». La peur et le début du procès d’intégration européenne