D'Annunzio, le théâtre, l'auto-traduction. Quelques remarques sur La città morta/La ville morte et Il ferro/Le chèvrefeuille