“Hugues-le-Loup” d’Erckmann-Chatrian ou la maladie du père