La Bibliothèque Universitaire de Bologne conserve un fascicule des 'Progymnasmata Thomae Mori et Guilielmi Lilii sodalium' détaché du reste de l’édition de l’ 'Utopie' imprimée à Bâle en 1518 (pp. 171-179). Chaque page présente des ratures, des biffages et des apostilles écrites à l’encre rouge pâle. Les ratures éliminent les noms de Thomas More (1478-1535) et de son ami William Lily (c. 1468-1522), considérés comme les auteurs des 'Progymnasmata', et les apostilles se présentent comme des sigles ou des abréviations, qui cachent des noms censés être de personnes appartenant à l’entourage de More. Parmi toutes les hypothèses évoquées dans cet article pour expliquer ces 'marginalia', on peut penser que les pages apostillées étaient une espèce d’agenda de travail, une série d’exercices de version ou de correction à faire sur le texte de l’édition 1518. Bien entendu, on ne peut pas complètement écarter l’hypothèse que les enfants aient pu être les auteurs des traductions des 'Progymnasmata', mais en l’absence d’autres preuves, cette hypothèse est liée seulement aux intentions inconnues de l’auteur des' marginalia'.

Du père aux enfants : les apostilles bolognaises des 'Progymnasmata' de Thomas More

MARANINI, ANNA
2010

Abstract

La Bibliothèque Universitaire de Bologne conserve un fascicule des 'Progymnasmata Thomae Mori et Guilielmi Lilii sodalium' détaché du reste de l’édition de l’ 'Utopie' imprimée à Bâle en 1518 (pp. 171-179). Chaque page présente des ratures, des biffages et des apostilles écrites à l’encre rouge pâle. Les ratures éliminent les noms de Thomas More (1478-1535) et de son ami William Lily (c. 1468-1522), considérés comme les auteurs des 'Progymnasmata', et les apostilles se présentent comme des sigles ou des abréviations, qui cachent des noms censés être de personnes appartenant à l’entourage de More. Parmi toutes les hypothèses évoquées dans cet article pour expliquer ces 'marginalia', on peut penser que les pages apostillées étaient une espèce d’agenda de travail, une série d’exercices de version ou de correction à faire sur le texte de l’édition 1518. Bien entendu, on ne peut pas complètement écarter l’hypothèse que les enfants aient pu être les auteurs des traductions des 'Progymnasmata', mais en l’absence d’autres preuves, cette hypothèse est liée seulement aux intentions inconnues de l’auteur des' marginalia'.
A. Maranini
File in questo prodotto:
Eventuali allegati, non sono esposti

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/11585/95778
 Attenzione

Attenzione! I dati visualizzati non sono stati sottoposti a validazione da parte dell'ateneo

Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus 0
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact