Littérature classique et littérature visuelle : le modèle de la “manus oculata”