Le paratexte, trente ans après