On a recent Italian edition of Voltaire’s Essai sur les mœurs et l’esprit des nations