L’auteur a pris en considération l’ode 4,7 d’Horace et en particulier les vers 17-20 que Carl Becker (Das Spätwerk des Horaz, Göttingen 1963, pp.151-158) a attribué à quelqu’un qui connaissait assez bien Horace et a travaillé déjà dans l’antiquité. L’auteur, au contraire, démontre que les vers en question sont en fonction des deux odes suivantes, adressées à Censorinus et à Lollius, c’est-à-dire à deux hommes auxquels Horace a donné ses vers et avec ses vers l’immortalité. Ceci est par ailleurs le thème principal du livre IV des odes : le poète peut donner l’immortalité en célébrant dans ses vers les grands personnages de son temps. Mais dans les vers en question Horace dit qu’on ne doit pas épargner en souci de son héritier et l’auteur a considéré le même motif dans beaucoup d’autres lieux d’Horace. La conclusion est qu’Horace avait présent la comédie de Cécile Faenerator de laquelle on avait un peu de fragments, mais aujourd’hui on a découvert des autres parties dans le Papyrus Herculanensis 78, étudié par le Prof. Knutt Kleve de l’Université de Oslo. En employant ce que Kleve a déjà publié et a communiqué à l’auteur, celui-ci a découvert qu’Horace s’est référé à Cécile, aussi au fin d’entrer d’une façon plus ‘soft’ dans la question de l’héritage dynastique duquel Auguste se souciait dans ce temps là.

"Horace et la comédie romaine (à propos de 'carm.' 4,7,19-20)"

CALBOLI, GUALTIERO
2005

Abstract

L’auteur a pris en considération l’ode 4,7 d’Horace et en particulier les vers 17-20 que Carl Becker (Das Spätwerk des Horaz, Göttingen 1963, pp.151-158) a attribué à quelqu’un qui connaissait assez bien Horace et a travaillé déjà dans l’antiquité. L’auteur, au contraire, démontre que les vers en question sont en fonction des deux odes suivantes, adressées à Censorinus et à Lollius, c’est-à-dire à deux hommes auxquels Horace a donné ses vers et avec ses vers l’immortalité. Ceci est par ailleurs le thème principal du livre IV des odes : le poète peut donner l’immortalité en célébrant dans ses vers les grands personnages de son temps. Mais dans les vers en question Horace dit qu’on ne doit pas épargner en souci de son héritier et l’auteur a considéré le même motif dans beaucoup d’autres lieux d’Horace. La conclusion est qu’Horace avait présent la comédie de Cécile Faenerator de laquelle on avait un peu de fragments, mais aujourd’hui on a découvert des autres parties dans le Papyrus Herculanensis 78, étudié par le Prof. Knutt Kleve de l’Université de Oslo. En employant ce que Kleve a déjà publié et a communiqué à l’auteur, celui-ci a découvert qu’Horace s’est référé à Cécile, aussi au fin d’entrer d’une façon plus ‘soft’ dans la question de l’héritage dynastique duquel Auguste se souciait dans ce temps là.
Calboli G.
File in questo prodotto:
Eventuali allegati, non sono esposti

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/11585/27250
 Attenzione

Attenzione! I dati visualizzati non sono stati sottoposti a validazione da parte dell'ateneo

Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact