En cas de non ratification: le destin périlleux du "Traité-Constitution"