Auto-traduction et identité: le cas de Marco Micone