Le présent ouvrage Histoire de la Guerre de Sécession aux États-Unis 1862-1865 est un montage de trois articles parus dans la Revue des Deux Mondes. Le premier n’a pas été écrit par Elisée Reclus. Signé Auguste Trognon il a paru dans le numéro du 15 octobre 1862 (pp.798-867), enrichi d’une carte dépliante des environs de Richmond insérée entre les pages 798 et 799 . Ce récit conventionnel, « Campagne de l’armée du Potomac (mars-juillet 1862) », est dû au prince de Joinville, troisième fils du Roi Louis-Philippe. Aide de camp du général nordiste George B. Mac Clellan durant cette longue séquence, le prince fut un acteur et un témoin direct. Son texte couvre les mois de mars à juillet 1862, tandis que les textes de Reclus traitent de la période postérieure. D’après une notice du catalogue de la Bibliothèque nationale de France, Auguste Trognon, un normalien professeur de rhétorique au lycée de Langres qui fut le précepteur du prince, « est simplement l’éditeur » du texte. Trognon est également connu comme historien et traducteur du latin et du grec ancien. À défaut de pseudonyme, la signature est donc une sorte de prête-nom qui n’expose pas publiquement son auteur, sans que l’on ne sache vraiment jusqu’à quel point l’écrivain Trognon s’impliqua dans l’écriture du récit de son ancien élève. De larges extraits de cette chronique (publiée en livre en 1872 chez Michel Lévy, frères sous le nom de M. Le Prince de Joinville, avec le surtitre « Guerre d’Amérique ») ont été repris dans le numéro de la Revue des Deux Mondes d’avril 1999 (pp. 26-56) au sein d’un dossier intitulé « Splendeurs et misères du sud profond ». C’est cette dernière version que nous reproduisons. Entrée en matière inattendue du fait de la personnalité de son auteur, elle est très complémentaire de l’approche de Reclus et permet, par un effet de contraste, de mettre en relief l’originalité du géographe, à la fois commentateur et militant abolitionniste beaucoup plus intéressé par les aspects humains et civils d’un conflit considéré comme le premier exemple de guerre totale dans l’histoire de l’humanité que par la stratégie militaire des belligérants. Les deux textes suivants, plus longs, sont d’Élisée Reclus. S’il ne participa pas au conflit, il connaît de l’intérieur la société américaine car il avait séjourné cinq ans aux États-Unis. Le premier texte, « Histoire de la Guerre civile aux États-Unis : les deux dernières années de la grande lutte américaine » relate l’histoire du conflit 1862 à 1864. Il figurait au sommaire du numéro de la Revue des Deux Mondes daté du 1er octobre 1864 (volume 53, pp. 555-634). Le second texte décrivant les années 1864-865, « Histoire des États Américains, États-Unis. République démocratique fédérative. Présidence de M. Andrew Johnson » constituait un long chapitre de l’Annuaire des Deux Mondes. Histoire générale des divers États (1866, pp. 646-788), une publication encyclopédique satellite du périodique. Nous le publions ici dans une version raccourcie. Par ailleurs, nous avons ramené aux usages orthographiques actuellement en vigueur la transcription d’une série de mots, comme le pluriel des mots en se terminant en « –ant » et « –ent », en écrivant par exemple « importants », « assaillants » et « approvisionnements » au lieu de « importans », « assaillans » « approvisionnemens ». Même principe pour les mots du vocabulaire géographique comme « Géorgie » et « Alleghany ». Enfin, les notes originales des textes n’ont pas été conservées pour des raisons d’espace et de fluidité de textes qui sont déjà très riches.

Élisée Reclus, Histoire de la guerre de Sécession aux États-Unis

Federico Ferretti
2014

Abstract

Le présent ouvrage Histoire de la Guerre de Sécession aux États-Unis 1862-1865 est un montage de trois articles parus dans la Revue des Deux Mondes. Le premier n’a pas été écrit par Elisée Reclus. Signé Auguste Trognon il a paru dans le numéro du 15 octobre 1862 (pp.798-867), enrichi d’une carte dépliante des environs de Richmond insérée entre les pages 798 et 799 . Ce récit conventionnel, « Campagne de l’armée du Potomac (mars-juillet 1862) », est dû au prince de Joinville, troisième fils du Roi Louis-Philippe. Aide de camp du général nordiste George B. Mac Clellan durant cette longue séquence, le prince fut un acteur et un témoin direct. Son texte couvre les mois de mars à juillet 1862, tandis que les textes de Reclus traitent de la période postérieure. D’après une notice du catalogue de la Bibliothèque nationale de France, Auguste Trognon, un normalien professeur de rhétorique au lycée de Langres qui fut le précepteur du prince, « est simplement l’éditeur » du texte. Trognon est également connu comme historien et traducteur du latin et du grec ancien. À défaut de pseudonyme, la signature est donc une sorte de prête-nom qui n’expose pas publiquement son auteur, sans que l’on ne sache vraiment jusqu’à quel point l’écrivain Trognon s’impliqua dans l’écriture du récit de son ancien élève. De larges extraits de cette chronique (publiée en livre en 1872 chez Michel Lévy, frères sous le nom de M. Le Prince de Joinville, avec le surtitre « Guerre d’Amérique ») ont été repris dans le numéro de la Revue des Deux Mondes d’avril 1999 (pp. 26-56) au sein d’un dossier intitulé « Splendeurs et misères du sud profond ». C’est cette dernière version que nous reproduisons. Entrée en matière inattendue du fait de la personnalité de son auteur, elle est très complémentaire de l’approche de Reclus et permet, par un effet de contraste, de mettre en relief l’originalité du géographe, à la fois commentateur et militant abolitionniste beaucoup plus intéressé par les aspects humains et civils d’un conflit considéré comme le premier exemple de guerre totale dans l’histoire de l’humanité que par la stratégie militaire des belligérants. Les deux textes suivants, plus longs, sont d’Élisée Reclus. S’il ne participa pas au conflit, il connaît de l’intérieur la société américaine car il avait séjourné cinq ans aux États-Unis. Le premier texte, « Histoire de la Guerre civile aux États-Unis : les deux dernières années de la grande lutte américaine » relate l’histoire du conflit 1862 à 1864. Il figurait au sommaire du numéro de la Revue des Deux Mondes daté du 1er octobre 1864 (volume 53, pp. 555-634). Le second texte décrivant les années 1864-865, « Histoire des États Américains, États-Unis. République démocratique fédérative. Présidence de M. Andrew Johnson » constituait un long chapitre de l’Annuaire des Deux Mondes. Histoire générale des divers États (1866, pp. 646-788), une publication encyclopédique satellite du périodique. Nous le publions ici dans une version raccourcie. Par ailleurs, nous avons ramené aux usages orthographiques actuellement en vigueur la transcription d’une série de mots, comme le pluriel des mots en se terminant en « –ant » et « –ent », en écrivant par exemple « importants », « assaillants » et « approvisionnements » au lieu de « importans », « assaillans » « approvisionnemens ». Même principe pour les mots du vocabulaire géographique comme « Géorgie » et « Alleghany ». Enfin, les notes originales des textes n’ont pas été conservées pour des raisons d’espace et de fluidité de textes qui sont déjà très riches.
2014
305
978-2-266-24499-2
Federico Ferretti
File in questo prodotto:
Eventuali allegati, non sono esposti

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/11585/822360
 Attenzione

Attenzione! I dati visualizzati non sono stati sottoposti a validazione da parte dell'ateneo

Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact