Métamorphose et continuité d’une expérience de traduction : l’Henry IV d’Yves Bonnefoy