Maurice Dunand et les ivoires de Arslan Tash