Au-delà de l’ethnopsychiatrie, la contribution épistémologique