Le fondement logique de la métaphore selon Aristote