Italie: Une drôle de campagne, entre personnalisation et peopolisation