Considérer aléatoire un énoncé comme « demain le soleil se lèvera » peut sembler vaine subtilité philosophique, pourtant, en mettant un tel énoncé en relation avec un sujet (pour qui?) son évaluation change radicalement. Même si, en théorie, on pourrait admettre d’attribuer probabilité un « au lever du soleil demain » et donc de considérer certain l’évènement décrit, aucune théorie n’attribuera cette probabilité « au lever du soleil demain pour M. X », qui que soit M. X. Se demander « pour qui », ou décrire un évènement en se référant à un point d’observation, veut dire abandonner la certitude. Cette perte de certitude est à imputer à l’ignorance des valeurs des variables qui déterminent le destin de M. X ou à la conscience de la multiplicité des expériences et des interactions qui donnent forme au destin des hommes et à la signification des théories ? Bien que la « non-séparation » observateur-observé, qui a donné naissance au principe d’incertitude de Heisenberg, reste question ouverte et problématique pour la science contemporaine, dans la vision artistique de la Renaissance, il est possible de reconnaître une de ses clefs de lecture appropriée.

Les relations d'incertitudes de Heisenberg à travers les yeux de Léonard

LUPACCHINI, ROSSELLA
2013

Abstract

Considérer aléatoire un énoncé comme « demain le soleil se lèvera » peut sembler vaine subtilité philosophique, pourtant, en mettant un tel énoncé en relation avec un sujet (pour qui?) son évaluation change radicalement. Même si, en théorie, on pourrait admettre d’attribuer probabilité un « au lever du soleil demain » et donc de considérer certain l’évènement décrit, aucune théorie n’attribuera cette probabilité « au lever du soleil demain pour M. X », qui que soit M. X. Se demander « pour qui », ou décrire un évènement en se référant à un point d’observation, veut dire abandonner la certitude. Cette perte de certitude est à imputer à l’ignorance des valeurs des variables qui déterminent le destin de M. X ou à la conscience de la multiplicité des expériences et des interactions qui donnent forme au destin des hommes et à la signification des théories ? Bien que la « non-séparation » observateur-observé, qui a donné naissance au principe d’incertitude de Heisenberg, reste question ouverte et problématique pour la science contemporaine, dans la vision artistique de la Renaissance, il est possible de reconnaître une de ses clefs de lecture appropriée.
Certitude et incertitude à la Renaissance
35
54
Lupacchini R.
File in questo prodotto:
Eventuali allegati, non sono esposti

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/11585/100433
 Attenzione

Attenzione! I dati visualizzati non sono stati sottoposti a validazione da parte dell'ateneo

Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact